Directeur d'agence aphysio anticimex

Portrait de Julien Bianchi, au cœur des métiers de l'électromécanique

Comment te présente-t-on ? Quel est ton parcours ?

J’ai 37 ans, je vis à Nancy. J'ai commencé ma vie professionnelle dans l’armée. Une expérience qui a duré 3 ans. Ce n’était pas vraiment fait pour moi. J'ai alors rejoint l’agence Aphysio Anticimex il y a 15 ans en tant qu'alternant commercial, dans le but de valider mon Bac pro Ventes. Rien ne me prédestinait à travailler dans une entreprise de sanitation, mais la vie nous réserve parfois de bonnes surprises. J'ai gravi les échelons, et je suis devenu directeur d'agences Anticimex dans Grand Est en janvier 2024.

Peux-tu nous en dire plus sur ton job ?

Au début, je promouvais l'ensemble des services proposés par Aphysio Anticimex, de l'entretien à la rénovation des VMC, en passant par les prestations 3D, comme la dératisation et la gestion des problèmes de pigeons. Au fil du temps, ma mission a évolué, et on m'a confié la responsabilité de plus gros contrats et notamment en installation et maintenance VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée).

Nous travaillons très peu en direct avec des particuliers. Nos principaux clients sont des habitats collectifs, les syndics de copropriété, les bailleurs sociaux et quelques marchés publics. Nous avons quelques gros chantiers dans l’année avec parfois jusqu'à 236 logements à traiter ; mon record personnel (sourire).

Quelle est ta journée "type" ?

Ma journée de travail ne ressemble jamais à la précédente, à l'exception des réunions d'équipe, bien sûr (sourire). Mon rôle principal consiste à être à l'écoute de nos clients, à comprendre leurs besoins et contraintes, et à organiser notre réponse en conséquence.

J'accompagne nos équipes sur le terrain, pour expliquer le déroulement de leurs missions. Je suis également chargé du suivi des travaux et des réunions de fin de chantier en lien avec l’ensemble des corps d’état (dépendant des façadiers, étancheur toiture / terrasse et des menuisiers). En fin de chantier, j'assiste aux fameux tests (OPR). Il faut vérifier que tout est conforme au cahier des charges initial. Cela peut être un moment de stress, mais c’est très gratifiant.

Que peux-tu nous dire du métier de technicien en électromécanique ?

Les VMC ont une fonction essentielle en assurant un renouvellement constant de l'air. Nos techniciens jouent donc un rôle crucial dans ce domaine, en veillant à la qualité de l’air que nos clients respirent et en garantissant qu’il soit sain. Ils contribuent à prévenir la formation de moisissures, de champignons, et à réduire les risques de problèmes pulmonaires. C’est un métier qui peut être exigeant, avec parfois le port de charges lourdes, notamment des caissons de ventilation, et ce, dans des bâtiments qui ne sont pas toujours équipés d'ascenseurs. De plus, les techniciens doivent affronter les intempéries et les fortes chaleurs, particulièrement lorsqu'ils interviennent sous les combles.

Il est essentiel d'avoir une excellente qualité relationnelle. Nos techniciens entrent dans l'intimité des gens et accèdent à toutes les pièces d'un logement, y compris les salles de bains, les cuisines et les chambres. Cette proximité avec les occupants n'est pas toujours accueillie avec enthousiasme, c'est pourquoi une attitude amicale et un sourire peuvent tout changer pour établir un bon contact avec les clients.

Une anecdote ou un commentaire particulier à partager avec nous sur ce métier ?

Bien sûr ! Je n'ai pas une anecdote précise qui me vienne, mais je peux partager avec vous, une immense satisfaction qui se répète à chaque fois qu'un de nos techniciens achève une intervention et que le client en ressort satisfait.

Par exemple, lorsque nous sommes appelés en urgence par une famille qui se retrouve sans chauffage ni eau chaude un vendredi soir d'hiver à cause d’une panne de ventilation à gaz et qu'ils retrouvent leur confort grâce à notre intervention. C'est ce genre de moments qui nous rappelle l'importance de notre travail et qui nous rend fiers de ce que nous faisons. C'est une expérience incroyable que de savoir que notre travail a un impact concret sur la vie des gens.

Comment imagines-tu l'avenir ?

Lorsque je regarde vers l'avenir, notamment depuis notre intégration au groupe Anticimex depuis janvier 2021, je constate surtout de nouvelles perspectives qui s'offrent à nous, qui nous permettent de proposer d'autres services complémentaires de sanitation à nos clients. Cela se concrétise aussi par des opportunités d'évolution au sein d'une entreprise que j'apprécie énormément. C'est vraiment encourageant !

Choisir un pays