Portrait : David Sargent

Article

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours, ton job ?

J’ai suivi une filière technique, avec un BTS mécanique et automatisme industriel. Je venais d’être diplômé, et j’ai postulé en interim pendant les vacances. Comme l’agence d’interim me savait volontaire et sérieux, ils m’ont proposé un poste, sur un premier chantier de nettoyage et de traitement du bois. Je suis arrivé chez SOS DDN, et j’ai tout de suite apprécié les rapports humains avec l’équipe. Le métier n’est pas facile, on se trouve parfois dans des situations peu agréables, mais l’esprit d’équipe est super.


J’ai donc découvert et appris le métier sur le terrain. Comme on traite des hottes de cuisines professionnelles, des vide-ordures, des pigeons, des insectes, des rongeurs, c’est très varié, et cette diversité me plaît toujours.

Nous travaillons avec des êtres vivants, donc il faut se remettre en question en permanence, car il n’y a rien d’automatique. Chaque jour est différent, chaque intervention est un cas particulier. Lorsqu’on tombe sur un gros problème, on fait appel aux collègues, j’aime cette entraide, les relations qu’on entretient avec les gens, avec nos clients.

Au quotidien, je m’occupe de l’atelier de maintenance de nos dispositifs. Nous sommes une équipe de 6 techniciens, et nous devons apprendre à trouver du temps pour le suivi des alertes. Nous avons quelques installations complètes avec la technologie Anticimex Smart : dans les restaurants, les commerces de proximité ou les supermarchés de centre ville. On propose ainsi un dispositif qui reste en surveillance, et qui devient actif au moindre problème. Le mix entre nos méthodes et la technologie fonctionne bien.

Choisir un pays